mercredi 19 avril 2017

VOICI LES EFFETS NÉFASTES DES PESTICIDES SUR LES DROITS DE L’HOMME




Les pesticides dangereux coûtent très cher aux gouvernements et ont des effets catastrophiques sur l’environnement, la santé de l’homme et la société dans son ensemble.  Ce qui met en péril certains droits de l’homme et expose certains groupes à un risque élevé de violations de leurs droits. 
Nous devons dire NON aux pesticides, produits dangereux pour nos sols et notre agriculture ! En lieu et place des pesticides, utiliser les excréments des volailles et du bétail, comme solutions alternatives.  
Je vous ai donné l’information. Il ne faut pas attendre demain, car demain, c’est tard.

Source : Assemblée générale Nations Unies 24/01/2017


Landry Zahoré, la plume au regard franc 

samedi 15 avril 2017

Pollution de la baie de Cocody, la Pisam* sur le banc des accusés.



Les travaux se déroulant actu pour la réhabilitation de la
baie ont mis a nu les malversations écologiques de la Pisam.


Qui n’a jamais mangé les carpes pêchées dans la lagune Ebrié du côté de Blauckoss ? Que cette personne se signale. Cela n’était qu’une rumeur. Du moins c’est ce qui se disait lorsque les pêcheurs de Blauckoss, village Ebrié vivant essentiellement de pêche artisanale, se mettaient à raconter leur mésaventure « On trouve toujours des compresse et autres choses de l’hôpital (Pisam) toujours dans la bouche des poissons qu’on réussit à pêcher… »

Longtemps après, cela n’était pas pris au sérieux. Mais il fallut les travaux de réhabilitation qui se tiennent au niveau de la baie de Cocody pour qu’on découvre un tunnel d’évacuation de la Polyclinique Sainte Anne Marie d’Abidjan (Pisam), déversant dans la lagune toutes sortes de déchets médicaux (compresses, sparadraps, seringues, etc.) Tout ce que vous pouvez vous imaginer.

Nous sommes tous responsables en partie de la pollution de la baie lagunaire de la commune de Cocody. Il se raconte que les gens pratiquaient le ski-nautique dans le temps sur cette baie. Ça, c’était avant. Et maintenant, on essaie de rattraper ce que nous avons vécu quand nous étions jeunes (c’est le cas du Roi du Maroc.)

Je suis resté sans voix lorsque mes sources m’ont donné cette information que tout le monde sait probablement à Abidjan. Comment comprendre que cette structure sanitaire de renom puisse agir de la sorte.
Il y a trop de chose qui se font sous les tropiques qui mettent la vie de nombreux ivoiriens en danger.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé :

lundi 10 avril 2017

Côte d’ivoire pays forestier, Ça c’était avant !

Le fleuve N'zi Comoé a tari du côté de la S/P de Bengassou dans le département de Bocanda
Conséquence d'un couvert forestier qui disparaît au fil des ans. 


S’il y a un fait qui n’est plus à cacher, c’est bien le fait que la Côte d’ivoire perd de plus en plus son couvert forestier tel un vieillard atteint de calvitie avancée.
En 1960, la Côte d’Ivoire n’avait rien à envier à l’Amazonie avec plus 16 million d’hectares de forêts. Ça, c’était avant. Oui, avant ! Parce que maintenant le pays a perdu tout ce merveilleux couvert forestier qui était une fierté. Moins de 2 millions d’hectares, voilà ce qu’il reste de ce que le créateur nous a laissé en lègue.
La forêt ivoirienne est en train de disparaitre et tout ce qui va avec. Ce sont les cours d’eaux, les fleuves et autres affluents qui faisaient la fierté de notre pays.

La SODEFOR au-devant de cette gestion calamiteuse…

Accusé levez-vous ! Oui, les défenseurs de la faune et de la flore ne sont pas tendre avec la Société de Développement des Forêts (SODEFOR) qui durant ces 50 dernières années a manqué de dextérité dans la gestion de la chose commune. Lors de la Journée Internationale des Forêts (célébrée le 21 mars 2017 de façon incognito) certaines organisations non gouvernementales ont manifesté leur grand désarroi quant à la gestion aux allures mafieuses de la faune et de la flore ivoirienne par cette entité de gestion forestière. Plusieurs réserves et forêts dites classées sont chaque jour agressées par les populations autochtones. On y cultive, notre cacao national. Ceux qui cautionnent cela, selon ces ONG, sont les ‘’intouchables’’ du moment. Réveillons-nous SVP de notre sommeil qui risque de nous emporter ! Parce que la forêt, pour moi, c’est la VIE !

Des solutions alternatives pour y remédier !

Il faut reboiser. Adapter nos pratiques agricoles. Certaines organisations au nombre desquelles figurent l’Association des Propriétaires de Forêts Naturelles et Plantations d’Afféry (APFNPA) œuvrent dans ce sens. Cette association a conçu pour le besoin de l’alternance un charbon à base de résidus (cabosses de cacao etc.) appelé ‘’Bio Charbon’’. La ville d’Afféry est réputée comme étant une zone ou l’exploitation forestière est à son paroxysme à cause du bois de chauffe utilisé pour les besoins domestiques. Pour en dissuader la population et la sensibiliser sur le danger de couper le bois, l’APFNPA avec son SG CONE Gaoussou fait la promotion de ce charbon sans fumée, rapide et sans odeur. Un charbon qui reste toutefois à améliorer.
Une amie et moi, allons-nous rendre à Afféry pour le besoin dans les jours à venir. 
Entre temps retenons que si la pression n’est pas trop sur ces assassins d’un autre genre, et bien c’est dû au fait qu’il n’existe pas pour ma part une société civile capable de mettre la pression sur les décisions cruelles que prennent nos autorités.

Toutefois, il est important de mentionner qu’il existe plusieurs solutions alternatives que des personnes ou structures ont conçues pour les proposer aux paysans dans le but de les amener à mettre un terme aux agressions de la flore. Plus de détails dans un futur billet probablement.

Je ne vais pas resté coupable d’un génocide organisé. Je parlerais tant que j’en aurais les forces.



Landry Zahoré, la plume au regard franc.

mardi 4 avril 2017

Historique, une marche en faveur de la protection de l’environnement !

une partie des marcheurs immortalisant ce moment

Du jamais vu !! Une marche verte ! Chapeau vas aux organisateurs de cette marche. De mémoire, c’est la première marche du genre sous les tropiques. Longtemps mûri, aujourd’hui c’est chose faite. ‘’La marée verte’’, comme elle a été nommée, s’est véritablement emparée de la ville d’Abidjan !
La première marche en faveur de la protection de l’environnement s’est EF-FEC-TI-VE-MENT tenue le samedi 25 mars 2017 dernier dans la commune du Plateau.
Parti de la cathédrale Saint Paul d’Abidjan, elle s’est achevée à l’ancienne place SORBONNE.

jeudi 23 février 2017

Eglise Catholique : Saint Viateur 1ère paroisse écologique de Côte d'Ivoire !


Une vue de l'intérieur de la paroisse





 Ce qui était un rêve pour le curé de la paroisse est devenue réalité. Longtemps pensé aujourd'hui chose vraie. La paroisse catholique située dans l'archidiocèse d'Abidjan vient de changer de nom. Vous ne l’appellerez Paroisse Saint Viateur de la Palmeraie mais Paroisse Ecologique Saint Viateur de la Palmeraie.
Cette nouvelle vient de tomber tel un parfum de bonne odeur. C'est au cours d'une célébration de la Messe dans une Communauté Ecclésiale de Base que le curé de la paroisse écologique a donné la bonne nouvelle à cette frange de ses paroissiens.
"J'ai une bonne nouvelle pour vous ! " a-t-il débuté. "L'évêque vient de m'informer qu'il a accepté la nouvelle appellation de notre paroisse. C'est désormais officielle, notre paroisse s'appelle maintenant Paroisse Écologique Saint Viateur de la Palmeraie".

Une nouvelle que les paroissiens de cette communauté de base ont bien apprécié. Le curé a de véritables ambitions écologique "notre première cible ce sont nos paroissiens. Si on arrive à leur inculquer la culture verte et environnementale, ils seront des portes voix de cet acte qui marque une autre forme d'évangélisation" a-t-il ajouté.

Notons que la paroisse est phase de construction et qu'elle compterait sur l'aide de bonne volonté et d structures privées et étatiques en vue de perpétuer ce qui est pour nous activistes verts un acte qui vient montrer que la chose de l'environnement et de l'écologie est une affaire qui doit impliquer tout le monde. Les saintes écritures invitent d'ailleurs le peuple de Dieu à être Sel et Lumière pour le monde. Je pense bien que l'appelle semble avoir été bien perçu par le curé Père Charles koffi et toute la communauté paroissiale de la désormais paroisse écologique de la Riviera-Palmeraie.
Appréciez vous même le travail qui est fait et celui qui est entrain d'être fait !















 

mercredi 22 février 2017

C'est parti pour le GRAND MENAGE !


Ça c'était avant on espère voir une autre image d'Abidjan après le grand ménage!
Merci à Anne Désirée Ouloto pour son engagement pour le bien être des populations les plus démunies.
Oui, la ministre et tout son ministère s'apprête à lancer une vaste opération d’envergure en vue de lutter contre l'insalubrité en y impliquant tous les ivoiriens. Elle a dénommée "GRAND MENAGE" !

Dans mon enfance

Je me rappelle comme si c'était hier, dans nos cités avant, nos mamans se levaient tôt le matin pour balayer le quartier et veiller à ce qu'il n'y ait pas de papier dans la rue. Le tout dans une ambiance conviviale et citoyenne. C'était pour nous d'abord avant d'être pour la nation, c'est un peu ce qu'elles se disaient. Mais ça c'était avant quand j'étais petit ! J'ai rêvé qu'un jour les choses soient comme avant. D'aucun diront que c'est un rêve ! Oui, il est ! Mais il est possible !

Un rêve en phase de se réaliser

Oui, c'est ce rêve, je crois pour ma part que le Ministère de la Salubrité, de l'Environnement et du Développement Durable avec à sa tête Anne Désirée Ouloto en qualité de Chef de de ce département ministériel est en phase de le réaliser.
Pour les infos qui sont en ma possession, ce sont les communes populaires qui vont entamer la phase pilote de cette campagne qui vise à redorer l'image d'Abidjan en terme de salubrité.
Mais j'ai une question pour la ministre. Pourquoi ne pas commencer dans tout le district d'Abidjan? Ce ne sont pas les communes qui marquent la posture d'une communauté qui est propre mais la mentalité de tous les ivoiriens. Qu'on soit à Cocody en passant par le Plateau on a besoin de cette campagne dénommée "GRAND MENAGE".
Si vous vous lancez dans ce cadre, vous verrez une implication généralisée pour une campagne réussie.
Parce qu'affaire d'Ordures là, il n'y a pas Cocody et Plateau à part et les autres communes à part. Mais c'est tout le monde qui est impliqué et concerné.
Mais bravo pour l'initiative que je suis prêt à soutenir avec mon blog.

J'ai plaidé.

Landry Zahoré

vendredi 16 décembre 2016

La pollution atmosphérique accroît le risque de subir un AVC ! (1ère partie)


  

De nos jours, la pollution atmosphérique est reconnue comme un risque sanitaire majeur. L’exposition à la pollution de l’air ambiant ou domestique accroît le risque pour une personne de subir un accident vasculaire cérébral ou de contracter une maladie telle qu’un cancer des poumons, une maladie cardiaque ou une bronchite chronique.
En 2013, selon les dernières estimations disponibles, 5,5 millions de décès prématurés dans le monde, soit un dixième des décès totaux, étaient attribuables à la pollution atmosphérique. (C’est encore plus flippant quand rien n’est fait pour que cela change dans nos pays en voie de développement !) Celle-ci pose un risque sanitaire important depuis le début des années 1990, époque à laquelle remontent les plus anciennes estimations mondiales disponibles concernant l’exposition à l’air pollué et ses effets sur la santé. 

En 1990, comme en 2013, la pollution atmosphérique était le quatrième plus grand risque sanitaire pouvant entraîner la mort : elle a provoqué 4,8 millions de décès prématurés cette année-là. La pollution atmosphérique est particulièrement grave dans certaines zones urbaines dont le développement est le plus rapide au monde et où l’accélération de l’activité économique contribue à relever les niveaux de pollution et d’exposition, mais elle cause aussi des problèmes en dehors des villes. C’est le cas de la commune du Plateau en plein centre des affaires où la pollution atmosphérique monte au fur et à mesure. Parce qu’aux heures de pointes les gaz d’échappements qui sortent des véhicules laissent entrevoir un nuage opaque au-dessus de cette commune beaucoup fréquentée.

Des milliards de personnes dans le monde continuent de cuisiner et de se chauffer chez elles au moyen de combustibles solides comme le bois, le charbon de bois, le charbon ou le fumier.
De ce fait, le risque sanitaire lié à la pollution atmosphérique est au plus haut dans les pays en développement. En 2013, environ 93 % des décès et des maladies non mortelles qui ont été attribués à la pollution atmosphérique dans le monde se sont produits dans ces pays, où 90 % de la population était exposée à des niveaux dangereux de pollution atmosphérique.
Les enfants de moins de 5 ans courent au moins 60 fois plus de risques de mourir des suites d’une exposition à la pollution de l’air dans les pays à faible revenu que dans les pays à revenu élevé. La pollution atmosphérique ne constitue pas seulement un risque sanitaire : elle fait également obstacle au développement. 

En provoquant maladies et décès prématurés, la pollution atmosphérique altère la qualité de vie. Parce qu’elle affaiblit la main-d’œuvre productive, elle abaisse également les revenus dans ces pays. La pollution atmosphérique peut avoir un effet durable sur la productivité de bien d’autres façons — par exemple en retardant la croissance des plantes, en réduisant la productivité de l’agriculture ou en rendant les villes moins attractives pour les travailleurs compétents, faisant ainsi baisser la compétitivité des zones urbaines...


Landry Zahoré source worldbank.org