mardi 4 avril 2017

Historique, une marche en faveur de la protection de l’environnement !

une partie des marcheurs immortalisant ce moment

Du jamais vu !! Une marche verte ! Chapeau vas aux organisateurs de cette marche. De mémoire, c’est la première marche du genre sous les tropiques. Longtemps mûri, aujourd’hui c’est chose faite. ‘’La marée verte’’, comme elle a été nommée, s’est véritablement emparée de la ville d’Abidjan !
La première marche en faveur de la protection de l’environnement s’est EF-FEC-TI-VE-MENT tenue le samedi 25 mars 2017 dernier dans la commune du Plateau.
Parti de la cathédrale Saint Paul d’Abidjan, elle s’est achevée à l’ancienne place SORBONNE.



Seul, on va vite. Mais ensemble on va loin …

David a bien compris cette maxime. Il est vrai que l’idée de cette marche est venue de de lui, en tant que président de l’ONG Afhon-CI (Action en faveur de l’homme et de la nature), mais ce sont plusieurs jeunes et enfants (hommes et femmes) qui ont bien voulu marquer de leurs emprunts cette marche.
Les enfants n'ont pas voulu manquer ça ! 

Après publication de cette activité sur les réseaux sociaux (Facebook en particulier) certains internautes se sont mis à fustiger cette marche. Pour eux, elle n’en valait pas la peine puisque l’Afrique est un petit pollueur contrairement aux USA et à l’Europe. Alors devrions-nous attendre d’être de véritables pollueurs pour dire non à la destruction de nos ressources naturelles (faune, flore et cours d'eau) ? That’s a question ! 

Il est important d’inviter les uns et les autres à sortir des sentiers battu pour s’engager sur la voie de la révolution écologique. Il est vrai que c’est en un temps record que David Wohary s’est préparé à organiser cette marche. Mais, force est de remarquer malheureusement l’absence de plusieurs ONG qui luttent en faveur de la préservation de l’environnement. L'union fait la force dit l'adage.



On retiendra que malgré le petit nombre la marche s’est tenue … 

On pouvait compter les organisations de la société civile qui ont pris part à cette marche. Il y avait Afhon, Jeune Volontaire pour l’Environnement (JVE) de Charles Baimey, GeoPlanet de Timothée Palé, JADD (Jeunesse Active pour le Développement Durable) de Mikael Ouédraogo, WASH-JNCI de Kanzly Mideh, le réseau des hommes de médias (journalistes, blogueurs et professionnels de la communication pour l’environnement et la protection de l’eau) et le club écologique de la paroisse écologique Saint Viateur de la Riviera Palmeraie. Seulement six (6) organisations qui se sont mobilisées pour la tenue effective de cette marche. Elles ont gagné le pari de l'effectivement de cette marche qui rentre dans l'histoire. 


Le constat est clair et cela vient confirmer ce qu’on dit des ONG « c’est pour manger. Sinon, ce n’est pas pour ce qu’elles défendent qu’elles naissent … » fin de citation.
La désunion sautait aux yeux, certains responsables d’ONG ont selon nos sources décidés sur eux de boycotter cette marche. Pour le simple fait que ce n’est pas leurs structures qui sont au-devant des choses.
Dans une déclaration finale dont copie a été transmise au ministère de tutelle, David et toutes les entités présentes au cours de cette marche ont dit un ''NON'' catégorique quant à la construction de la centrale à charbon qui sera construite à San Pédro (seconde ville portuaire du pays). On espère que leurs voix porteront face à l'entêtement du pouvoir d'Abidjan. 

On retient de cette marche que l’appel, à un environnement plus sain et plus adéquat pour l’espèce humaine, est passé. Bravo à David et toutes ces structures et personnes qui ont pris part à cette marche. Mais s’il vous plait ne le faite pas ni pour aujourd’hui et demain pour les politiques qui vont surement la récupérer pour assouvir leur soif de vouloir plaire. Mais surtout que de vraies actions soient posées dans le sens de sensibiliser les populations sur les dangers liés à la destruction de l’environnement.
A très vite pour la seconde édition.

Landry Zahoré, la plume au regard franc