jeudi 9 juin 2016

Ma chronique aux couleurs de #Moov Côte d'Ivoire




Magloire Zoro, expert environnementaliste expliquant aux visiteurs le sens de cette exposition


Ma chronique aux couleurs de #Moov Côte d'Ivoire s'apparente à des éloges que je veux faire ou je fais à la maison de téléphonie #Moov Côte d'Ivoire. Bon je vous laisse, vous même trouver la réponse à la suite de ce que je fais dire. Mais aussi de comprendre la titraille de ce billet.




Moov et la protection de une et de la flore ivoirienne


Moov Côte d'Ivoire reste pour ma part la maison de téléphonie aux couleurs écolos. Mieux si je ne me trompe, elle est la seule maison de téléphonie qui apporte son soutien à l'Office Ivoirien des Parcs et Réserves (OIPR) dans sa lutte farouche contre les ennemis de la faune et de la flore ivoirienne. Moov Côte d'Ivoire est engagée pour la bonne cause. Dons d'engins roulant et de matériels bureautique et informatique pour permettre à l'OIPR d'être opérationnelle sur le terrain dans sa lutte contre la déforestation, contre le braconnage des espèces en voie de disparition, contre la disparition des espèces rares etc.
Sensibiliser, éduquer et réprimander voilà ce que nous devons faire quand notre environnement va mal. Or, quand la nature se porte mal, l'homme meurt. Il faut donc la préserver par tous les moyens possibles.


Le Ministère de l'Environnement et Du   Développement Durable n'est  pas en marge


On peut dire que c'est normal. Oui, c'est le normal que le Ministère en Charge de l'Environnement et du Développement Durable ne soit pas en marge de cet engagement responsable et citoyen. D'ailleurs, c'est lui, qui doit et devrait nous donner toujours l'exemple à suivre.  Le ministère a donc initié une campagne de sensibilisation les 6,7 et 8 juin 2016 sur les résultats d'une évaluation environnementale post-conflit demandée par le gouvernement ivoirien. Et c'est le PNUE qui s'est chargé de faire cette évaluation. Une exposition photos de cette évaluation été faite dans l'enceinte de l'hypermarché Club Sococé afin de faire le point aux ivoiriens sur la situation environnementale du pays. Aussi, une projection de film pour les tout-petits a été initiée dans le but de leur faire comprendre le danger qui nous guette. Je pense, pour ma part, que les enfants sont un meilleur relais.
En effet, le  5 juin 2016, le monde entier par le truchement du Programme des Nations Unies pour l'Environnement célébrait la journée mondiale de l'environnement avec pour thème '' Des villes vertes, un plan pour sauver la planète''. le ministère fait des efforts. Mais, c'est à nous ivoiriens, de jouer notre rôle, celui de prendre soin de notre environnement immédiat, d'adopter des gestes écolos d'être responsables vis-à-vis de la protection de notre environnement etc. 


Peu de visiteurs  pour cette exposition photos

 
Mais il y a une chose qui me fait mal. Et c'est la raison pour laquelle je fais ce billet. Les ivoiriens ont boudé cette exposition photos. Sur 3 jours, ce sont  de 300 visiteurs que l'exposition a enregistré. Or, le choix du lieu n'est pas fortuit. C'est à cause du trafic que connait Sococé en termes de personnes qui entrent et sortent. Mais sur ce nombre que j'ignore, il y a eu peu de visiteurs à l'exposition photos. Les gens violentes, agressent et fragilisent la nature qui est généreuse. Oui, la nature est généreuse car ce que vous lui donnez, elle vous les rend bien au-delà de vos espérances. J'invite tous les ivoiriens où que nous soyons à s'engager pour la protection de la faune et de la flore ivoirienne. Ça y va de notre survie.
A bon entendeur, salut !  


Landry Zahoré