samedi 11 avril 2015

Le plomb dans la peinture, un danger pour nos enfants !




Une vue des participants....


Au fil du temps, la peinture sur une surface s’écaille, s’use et se détériore. Le plomb présent dans la peinture en détérioration est libéré sous forme de poussière et se retrouve dans les sols entourant la maison, l’école ou dans la cour. Les enfants ingèrent le plomb des poussières et des sols lors d’un geste normale (comportement) de la main à la bouche. Les dommages à l’intelligence des enfants et au développement mental se produit, même quand il n’y a pas de signes évidents ou cliniques de saturnisme. Un récent guide de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) indique qu’il n’y a pas de niveau de consommation de plomb acceptable pour les enfants. Une récente enquête sur l’impact économique de l’exposition des enfants au plomb sur les économies nationales a estimé une perte total cumulé de $ 977 000 000 000 dollars internationaux par an pour tous les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire, et $ 134 700 000 000 pertes en Afrique ou 4,03% du PIB.
C’est donc pour sonner la sonnette d’alarme que l’Organisation Non Gouvernementale (ONG), Jeunes Volontaires pour l’Environnement CÔTE D’IVOIRE a annoncé qu’elle lance une nouvelle initiative nationale visant à éliminer le plomb dans la peinture et de protéger la santé des enfants en Côte d’Ivoire.

Cet effort national fait partie d’une campagne Africaine d’élimination des peintures au plomb dans quatre pays africains : le Cameroun, la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie et la Tanzanie. Le projet est financé par le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) et mis en œuvre par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE). Le projet est géré par l’IPEN, un réseau international qui travaille à la réduction des dommages des produits chimiques toxiques sur la santé humaine et sur l’environnement. JVE-CI est le principal responsable des activités du projet en Côte d’Ivoire.

 Et des enfants qui ont pris part au lancement de cette campagne qui s'est tenu
dans la commune d'Abobo. 

Le but du projet est de créer une plus grande prise de conscience des dangers de la peinture au plomb, aider à obtenir de nouvelles normes pour la teneur en plomb des peintures décoratives vendus aux consommateurs, aider à renforcer la réglementation de la peinture au plomb et de promouvoir la certification des peintures. Le projet permettra une vaste sensibilisation parmi les entrepreneurs, les consommateurs et les décideurs sur les impacts négatifs sur la santé humaine de peintures décoratives à base de plomb, et plus particulièrement sur la santé des enfants de moins de six ans. Le projet réalisera également des études analytiques de la teneur en plomb des peintures facilement disponibles sur le marché national et publiera les résultats.
« Des études antérieures de peintures vendues en Côte d’Ivoire montrent que la peinture sur les marchés locaux continue à contenir des niveaux élevés de plomb, malgré des preuves solides que l’exposition au plomb, même en petites quantités, peut réduire les performances et l’intelligence de l’enfant à l’école. Les entreprises devraient cesser d’ajouter du plomb aux peintures qu’ils fabriquent et vendent. En outre, un cadre réglementaire national est nécessaire en Côte d’Ivoire pour s’assurer qu’ils n’ajoutent pas de plomb, disait Dominique KPOKRO, Directeur des Programmes.

Une analyse des peintures réalisées en 2013 en Côte d’Ivoire a révélé que :

Pour les peintures décoratives: 70 % des échantillons de peinture avaient des concentrations de plomb supérieures à 90 ppm; 65 % des échantillons de peinture avaient des concentrations supérieures à 600 ppm. 25 % des échantillons de peinture avaient plus de 10 000 ppm. L’échantillon de peinture avec la plus forte concentration avait une teneur en plomb de 42 000 ppm.

Pour les peintures anti-corrosives, 80% des échantillons de peinture avaient des concentrations de plomb supérieures à 90 ppm; 80 % des échantillons de peinture avaient une teneur en plomb supérieure à 600 ppm. Un échantillon de peinture avait une concentration en plomb de 260 000 ppm.
Relativement aux couleurs de peinture, la concentration moyenne la plus élevée, 23 800 ppm de plomb, a été trouvé dans des échantillons de peinture jaune, comme cela a été le cas dans un certain nombre d’autres enquêtes de peinture décorative nouvelle à l’émail. Les peintures rouges et blancs avaient des concentrations plus faibles, mais étaient encore élevés avec des moyennes de 2 890 ppm et 1 700 ppm, respectivement.
 » Des alternatives sûres, rentables de peintures sans plomb sont utilisées depuis plus de 40 ans aux États-Unis, dans l’Union européenne et d’autres pays développé. Il n’y a aucune bonne raison que la peinture au plomb continue à être vendu en Côte d’Ivoire », a ajouté Dominique KPOKRO.