mercredi 21 juin 2017

Insalubrité de nos marchés, situons les responsabilités !





   Qui est le responsable ?
                                 (Suivez la direction de la flèche pour la suite)

  



        C’EST TOI LE PREMIER !
                                  (Suivez la direction de la flèche pour la suite)
 


         


J’ai été l’invité de l’émission tropical matinal sur les ondes de la radio ISTC FM 103.8
Il a été question de parler de questions de salubrités dans nos marchés. Que retenir de cette émission animée par ma consœur Marthe Akissi ? Il faut retenir qu’il y a trois entités responsables de l’insalubrité dans nos marchés. Portraits.



1 – Nous avons en premier lieu, les vendeuses

Oui, elles ne sont pas innocentes dans cette affaire. Les vendeuses qui sont pour la plupart analphabètes sont en grande partie responsables de l’état d’insalubrité de nos marchés. Elles ne prennent pas le soin d’apporter l’hygiène qu’il faut avant, pendant et après les ventes journalières. Du coup, il est souvent ahurissant de voir des petits tas d’immondices juste à côté de leurs étals. Il y a certainement d’autres choses que vous avez ou avez vu que je n’ai pas pu mentionner ici. N’hésitez surtout pas à les signifier en commentaires en ce qui concerne les vendeuses.

2 – Nous avons en second lieu, les clients

Ah cela surprend fort bien que parmi les entités qui salissent nos marchés figurent les clients. En effet, nos passages dans les marchés ne contribuent pas à les rendre plus salubres. Au contraire, avec nos petits gestes qui manquent de responsabilités citoyennes, nous contribuons en jetant les bouts de papiers çà et là sans remord. Nous le sommes tous ! 

3 – Les collectivités locales ou Mairies

Moi perso, je crois que c’est cette entité qui doit prendre la tête des responsables, du visage insalubre que montrent nos marchés. En effet, les mairies bien que conscientes de l’état d’insalubrité de nos marchés et du danger qu’en courent les populations en consommant les aliments et produits vendus en ces lieux, encaissent chaque jour les taxes municipales pour occupation du domaine publique (ODP). Les mairies sont d’un laxisme qui reste sans pareil quant à la gestion des marchés au niveau de leur entretien. J’ai vu à la Gesco, un agent de la mairie en train d’encaisser lesdites taxes alors que les vendeuses ont leurs étals dans l’eau.
Il faut que cela prenne fin. Les mairies doivent se saisir de cette affaire pour donner un autre visage à nos marchés.


Ce que je suggère :

1 – Revoir la structure architecturale de nos marchés
2 – Doter nos marchés d’infrastructures modernes et adaptées aux mœurs des vendeuses et des clients.
3 – Mettre en place une brigade de salubrité propre à chaque marché.
4 – Sensibiliser (c’est d’ailleurs ce que faire le Fond de Financement des Programmes de Salubrité Urbaines) et réprimander les insoumis quant au respect des lois en vigueur dans les marchés en ce qui concerne la propreté.  
5 – Créer un cadre de concertation en impliquant les acteurs clés des marchés (vendeuses et clients), les Organisations de la Société Civile et le FFPSU pour une gestion plus éco-citoyenne de nos marchés.
C’est tout pour le moment !

Landry Zahoré, la plume au regard franc


Ps : Merci à Radio ISTC FM 103.8 de m’avoir inviter à son émission Tropical Matinal.